QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

vendredi 12 février 2016

Humeur du matin


...surprise! je viens de me lever et, après avoir regardé l'heure, je me suis demandée si je n'avais pas fait d'erreur. Un autre coup d'oeil sur l'horloge et ô miracle: j'avais dormi toute la nuit.
Ma journée va donc maintenant s'accélérer car il me faudra être prête rapidement. Mais pas au point de ne pas venir vous écrire.
Un double rêve très dérangeant et je me suis sentie heureuse d'en être sortie. Ils tournaient autour du mari violent de mon amie J. 40 ans de vie commune et 40 ans de violence psychologique et verbale d'abord puis physique. Les "mains courantes" et plaintes s'accumulent mais la société ne le sanctionne pas. Qu'on ne me fasse pas croire qu'il n'existe pas un océan entre les agitations médiatiques de nos élus sur les violences faites aux femmes et la réalité de terrain, concrète, lente et si laide.
La police m'a révulsée plus d'une fois lorsque J. tentait de les alerter. Elle dérange et les ennuie manifestement. "il faut du sang, Madame!".Dernièrement, il l'a menacée de mort et de brûler la maison devant 2 policiers et ils n'ont pas bronché. J'en fus le témoin. Une séance fort violente puisqu'elle fut sévèrement battue et en garda des séquelles, se solda par l'obligation d'un entretien psychologique pour lui, assorti de 250 euros d'amende. Ce qui lui fit dire narquoisement "si j'avais su que cela me coûterait si peu, je t'aurais battue plus et plus souvent!".
Et oui! La réalité est là, sordide et désespérante.
Bref, deux rêves dans lesquels il apparaissait m'ont laissée le coeur battant et désorientée.
Il me faudra pourtant porter beau ce matin car mon cousin Gilles viendra charger sa voiture vers 8h30 et partira seul à Lyon déposer son lourd bagage. Les Compagnons d'Emmaüs sont attendus entre 8h30 et midi pour enlever mon canapé que je n'ai pas réussi à vendre. Bref, la matinée sera longue.
Et ce soir, ma belle Léna arrivera telle une adorable tornade, avec ses phrases, ses sourires et sa kyrielle de "je t'aime, mamie"...
"Dis maman, si on mange un piment, on moure?"...Ah ces conjugaisons irrégulières!:-))

2 commentaires:

  1. La violence de certains types (pourquoi les appeler des hommes?) me révolte.
    Je pense que je serais partie avec mes enfants sous le bras dès les premières manifestations de sa part.

    RépondreSupprimer
  2. problème de génération. On serinait aux femmes qu'elles étaient mariées pour le meilleur et pour le pire. Je sais: un proche me l'a dit lorsque j'y fus moi-même confrontée. Loin des siens, dévouée à ses enfants et dépendante financièrement, elle ne rua dans les brancards que lorsqu'il chercha une maîtresse, ouvertement et devant elle, qu'il en trouva une et qu'il dépensa des sommes folles avec elle alors qu'il avait coupé les vivres à sa femme!

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!