QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

dimanche 10 avril 2016

Humeur de ma nuit

Afficher l'image d'origine

...Martine is back!
Pardon pour le silence d'hier mais je ne peux être sur tous les fronts!
La matinée fut pleine, entre toilette, aspirateur et cuisine. L'évier déborda rapidement de vaisselle sale. Je vous jure que vivre dans un mouchoir de poche avec de l'électroménager digne du Petit Ours n'a rien de réjouissant. Il faut faire tourner 2 fois le lave-vaisselle riquiqui au lieu d'une fois avec le grand d'avant. Bref, tout est à concevoir différemment sans oublier que je n'ai toujours pas vidé tous les sacs et cartons du déménagement!
Il me manque toujours quelque chose. Hier, au moment du dessert, la question se posa de savoir où se trouvaient ces fichues cuillers à café dont nous avions besoin. Tout est à l'aune. Je réalise que j'ai besoin d'espace pour évoluer et qu'il est temps de me remuer pour avoir tout sous la main mais entre désir de faire et la réalité, il peut y avoir un monde! Je revendique mon droit à la paresse jusqu'à ce que la nécessité d'un objet ou d'un vêtement se fasse sentir.
Léna ne me posa aucun problème, me laissant travailler sans exiger ma présence. Mes deux premiers visiteurs se présentèrent vers 10h30 mais ils restèrent à discuter, me laissant le temps nécessaire pour finaliser mon repas.
Ma jolie Miss arriva en retard mais nous ne l'avions pas attendue pour nous mettre à table. Je déteste les gens en retard. Mon éducation me pousse à être toujours exacte à mes rendez-vous, voire en avance ce qui agace mes enfants. Mais qui peut se vanter d'avoir une mère parfaite?:-)
Le repas se passa bien dans ma salle à manger riquiqui. Et oui, elle aussi!:-)
Nous étions à peine sortis de table que nous vîmes arriver l'amie attendue. Tout le monde se pressa pour aider à débarrasser la table et l'après-midi s'écoula tranquillement entre cafés divers à préparer et causeries sur la terrasse ou au salon, selon que nous frissonnions ou pas.
Le soleil était bien présent, nous incitant à profiter de l'espace extérieur mais le vent froid qui nous tient obstinément compagnie depuis plusieurs jours, gâcha un peu la fête.
Ma fille aînée arriva en fin d'après-midi, assommée par sa journée de formation et elle rejoignit la troupe d'allergiques de la maison.
Le pic d'allergènes est maximal ce week-end et nous souffrions tous d'éternuements, de nez qui coulaient et de gorges qui piquaient.
La joyeuse troupe s'égaya vers 18h, me laissant hébétée et lorgnant du côté de mon lit.
Je grignotai un peu devant la télévision puis je rampai sous mes draps en poussant des soupirs de soulagement.
Demain serait un autre jour plein d'énergie toute neuve.
Rideau!
Aujourd'hui est encore une page blanche à remplir ou pas. Aucun projet précis et j'adore ça!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!