QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

dimanche 17 avril 2016

Humeur du matin

Afficher l'image d'origine

...réjouie. Réjouie mais rageuse contre cette météo toujours aussi humide. Des pluies sont annoncées, encore et toujours. Je sens pousser mes écailles.
Hier fut agité. Le mot est un tantinet exagéré mais il est proportionnel au rapport entre mon activité actuelle et celle d'il y a quelques mois. A la campagne, il m'arrivait de rester cloîtrée plusieurs jours d'affilée alors que maintenant, c'est inenvisageable. Famille et amis ne m'en laissent plus l'occasion. Je retrouve mes marques, je recommence à sillonner les quartiers et banlieues connues ou inconnues. Je me lance à l'assaut du monde mais comment y échapper ici? En bref, j'ai repris une vie sociale, limitée pour être honnête, mais plus intense qu'avant.
Courses hier matin et le bonheur suprême de rester bloquée à une caisse de supermarché à cause d'une panne nationale de terminaux de cartes bancaires. Evidemment, les 3 clients me précédant avec des chariots pleins à ras bord, ne possédaient que ce moyen de paiement! 40 minutes à patienter, accoudée à mon chariot, derrière des baies vitrées laissant passer le soleil. Bref, j'ai mijoté, braisé, bouillonné un bon moment. Un vent extrêmement violent m'accueillit sur le parking. J'étais en nage, les cheveux rabattus sur le visage tel un rocker en transe, et j'ai dû me dépêcher de tout ranger dans le coffre, titillée par le conducteur d'une voiture qui attendait ma place. Et ça, je déteste. Je me sens obligée de me presser et au bout de quelques minutes, stressée par ces regards insistants, curieux et inquisiteurs, je balance tout dans le coffre en pestant. Je galope pour rapporter le chariot à son point d'attache et je m'écroule, ruisselante, derrière mon volant.
Bref, je suis consciente que je me conduis comme une andouille mais comment casser ce comportement spontané?
Passage agréable au magasin bio Satoriz où l'ambiance est souriante, amicale et détendue. Clients et personnel sont au diapason et c'est agréable.
J'eus la joie de recevoir les coups de fil successifs de Gabriel et Lucie qui désiraient parler à Mamie Martine.
Gabriel me baragouina quelques phrases mais je reconnus les mots principaux "Jacqueline et Mickael" et "on fait la fête". Lucie tenta aussi de m'expliquer quelque chose mais rendit le combiné à son père au bout de quelques mots.:-))
Cet après-midi, j'effectuerai un petit voyage vers Meyzieu où un ami me propose 3 fauteuils. Je veux aller les voir avant de prendre une décision.
Et s'il arrive quelque chose d'imprévu, je suis prête!:-)
Image: http://www.webinstit.net/artsplast/poissons/poisson_ecailles/poisson_ecailles.htm


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!