QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

mardi 26 avril 2016

Humeur du matin

Afficher l'image d'origine

...anxieuse à l'idée de la journée qui m'attend. Lever Léna sans anicroche vers 7h, prendre la route à 8h pour aller la déposer à l'école, revenir pour retirer de l'argent au distributeur d'une banque voisine, rentrer chez moi et attendre ma belle Miss. Nous irons ensemble à la vente de fleurs et plantes de l'hôpital du Vinatier. Retour chez moi vers 11h si possible, me doucher et me changer pour mon rendez-vous en  cardiologie à 12h30.
Repartir chercher la demoiselle vers 16h en évitant la maréchaussée. Hier, je n'ai pu y échapper: un équipage de 3 ratissait large, de part et d'autre de la rue. J'ai fait contre mauvaise fortune bon coeur et ai payé mes 2 euros. Mais comment une municipalité peut-elle transformer une rue en zone commerciale alors qu'il n'y a aucun commerce? D'un côté se trouve l'hôpital Edouard Herriot et de l'autre des immeubles d'habitation. Tout est bon pour faire rentrer de l'argent dans les caisses!
Un concert de chants d'oiseaux en fond sonore, je tente de visualiser ma journée tout en restant sereine.
Hier fut agité. Il faisait un vent glacial le matin pour aller déposer Léna à l'école. Retour chez moi où je me  blottis sous la couette dans une chambre baignée de soleil, et j'ai redormi sans remords jusqu'à 11h. L'après-midi fut ménager entre quelques coups de fil amicaux et familiaux.
Aller chercher Léna à l'école: 20mn aller et autant au retour.
Ma fille aînée arriva tard pour photocopier des cours et manger avec nous. Son départ, ou plutôt sa tentative de départ, créa un gros chagrin à Léna et elle dut rester plus longtemps que prévu pour consoler, rassurer, lire des histoires. A 20h45, elle était partie et la petite dormait. Ouf!
Léna me régala de ses bons mots. Elle savoura une boite de gâteaux que j'avais apportés pour le goûter.
- " ils sont délicieux, mamie! Ils sont faboureux!"
Eclat de rire de ma part.
- " mais ce mot n'existe pas, Léna!"
- "oui mais moi je l'aime bien!".
Ce mélange de fabuleux et savoureux me plut infiniment et fut l'occasion d'une joute verbale tout en humour.
Plus tard, j'évoquais le shampoing anti-poux obligatoire. Elle me fit la remarque:
- " De toute manière, je n'en ai que chez papa. Là-bas, ils ont des poux de montagne et de campagne. Ils en ont plein! Ici, en ville, y'en a pas beaucoup!"
L'image de ces poux de montagne me fit penser au Dahu et le rire ne me quitta pas.

1 commentaire:

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!