QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

vendredi 2 septembre 2016

Humeur de ma nuit

Afficher l'image d'origine

...comment vous décrire mon état actuel? Submergée d'événements, submergée de fatigue, submergée de tout et il faut pourtant tenir debout!
J'en suis à un point tel que je me dis qu'après avoir déposé Léna à l'école, je reviendrai me coucher. Mais chuuuut!
Hier fut remuant et chaud, chaud, chaud! départ à 8h comme je l'avais prévu, arrêt devant l'allée d'immeuble de ma fille, un sms envoyé pour l'informer que je patientais en bas. A 8h10, la porte d'allée s'ouvrit et Léna apparut, sourire XXL et grand cartable derrière elle.
Ses deux parents avaient fait l'effort d'être là pour l'accompagner en ce jour particulier et c'est à 4 que nous remontâmes la longue rue Viala. Un attroupement devant l'entrée de l'école nous attendait. Des gosses apeurés ou braillards et endimanchés. Les parents, grands-parents ou nounous étaient sur leur 31 et c'était un véritable théâtre de rue. La porte s'ouvrit enfin et le flot tenta d'entrer. Il fallut jouer -intelligemment- des coudes, saluer le directeur qui accueillait tout le monde d'un sourire et d'une poignée de main.
Nous découvrîmes la cour et cherchâmes les listes d'élèves de CP. L'institutrice était là, sa liste à la main et les familles se présentaient. Je dois avouer que les parents de Léna étaient plus crispés qu'elle, dont le regard parcourait les bâtiments et la foule agglutinée. Ce fut le moment d'une courte leçon de morale "tu te tiens bien, tu ne fais pas la sotte, tu obéis etc..." dont elle se fichait manifestement:-)
Sachant que les deux parents avaient pris une heure de temps de travail pour venir et les voyant agacés par cette attente, je leur suggérai de partir, ce qu'ils firent après des adieux touchants. Je restai donc avec Léna jusqu'à l'appel à se regrouper. Elle dénicha une petite pakistanaise tout sourire et lui donna la main. Un bisou, un geste de la main puis je disparus de ses préoccupations.
La vie continuait.
Un arrêt au magasin Euromaster qui suit mes pneumatiques depuis 10 ans, afin de vérifier leur état. Un mécano m'avait alertée sur de nombreuses coupures visibles et m'avait conseillé de les montrer à un spécialiste. Le patron de l'atelier vint vérifier et me rassura. Je pouvais encore rouler longtemps car seule la bande de protection était touchée. C'est ce que j'apprécie chez eux. Ils ne poussent jamais à la consommation. Je donne l'adresse pour les lecteurs de l'est lyonnais: Euromaster à Décines, à côté du Centre Leclerc. Ca, c'est fait!:-)
Je m'engouffrais ensuite dans la foule du magasin Grand Frais. 1 heure de déambulation difficile en évitant clients et chariots puis je ressortis dans l'air brûlant du parking. Je rangeais mes courses dans mon coffre lorsque j'entendis un vacarme violent juste derrière moi. Spontanément et stupidement, je courbais le dos en rentrant la tête. Comme si cela pouvait me protéger!!!
Je me retournais et découvrit une grosse voiture encastrée dans un poteau de l' abri à chariots, 3 mètres derrière moi. 2 personnes accoururent en même temps que moi pour aider la conductrice choquée à sortir du véhicule. Elle tremblait sur ses jambes et nous la fîmes asseoir. On l'encouragea à couper son moteur. En pleine crise de nerfs, elle nous avoua qu'elle avait été agressée le matin à Villeurbanne, qu'elle avait été blessée, choquée et qu'en voulant se garer, bras droit et jambe droite avaient refusé de bouger. Je lui proposai de téléphoner à son assurance et elle m'avoua qu'elle était assureur ainsi que son mari. Nous restâmes avec elle, le temps qu'elle retrouve ses esprits, boive de l'eau fraîche, cesse de pleurer et avertisse son conjoint.
Et il faisait chaud, chaud sur ce parking sentant le goudron brûlant et les gaz d'échappement!
Je m'arrêtais ensuite chez mon amie Josiane pour partager un repas et admirer un jardin dont elle est très fière.
Retour chez moi vers 14h, déchargement des sacs, rangements puis je m'écroulais hagarde sur le canapé.. 2 conversations téléphoniques me tinrent éveillée et il était déjà l'heure de reprendre la voiture pour aller chercher Léna. Son goûter dans un sac et je m'enfonçais dans la circulation.
La foule était encore présente sur ce bout de trottoir devant l'école mais sa classe fut la première à sortir.
Elle était ravie de sa première journée et ne cessa de discuter, me saoûlant de paroles, de détails que je tentais d'enregistrer. Elle a eu un premier "bon point" mais m'a t'elle dit "tout le monde en a eu un!"!:-)
La soirée fut plus délicate car elle était épuisée. Moi aussi d'ailleurs mais il fallut quand même vider le lave-vaisselle, mettre une lessive en route. Et oui, j'en profite maintenant que tout est rentré dans l'ordre.
Ma Miss arriva vers 18h, au moment du bain de Léna. Je préparai des spaghettis à la carbonara et du melon. La table mise sur la terrasse avec, en fond sonore, les hurlements de l'entraîneur de rugby et ma fille aînée nous fit la surprise de passer. Léna lui tomba dans les bras et mangea ses pâtes avec appétit. Brossage des dents à reculons car elle déteste malgré les essais de brosses variées et ludiques. La chemise de nuit enfilée, elle tenta de négocier 5mn à l'ordinateur. " Non 6!" nous demanda t'elle. Accordé!
Ses yeux se fermaient de sommeil mais elle tentait de tenir coûte que coûte.
Il fallut rester ferme et elle bascula dans le sommeil en quelques minutes.
J'ai bien aimé sa remarque hier. Elle arriva en tenant entre les mains, ses 2 cahiers et son livre de lecture. Elle les posa sur le secrétaire en me disant:
 "je les pose là, mamie!"..
Moi: " ah non, tu dois les laisser dans ton cartable!"
" Quoi? Tous les jours?"
Et oui, ma puce, et tu n'as pas fini!
Image de Céline/Scailyna: 
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:33,_avenue_du_Ch%C3%A2teau,_Lyon_3e.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!