QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

vendredi 16 septembre 2016

Thomas Jorion

http://www.thomasjorion.com/

Thomas Jorion nous partage son projet “Vestiges d’empire”, une nouvelle série remplie de clichés splendides, fruit de recherches très intéressantes, mêlant histoire, architecture et voyages.
Thomas nous en dit plus sur ce projet: “L’histoire de l’empire colonial français est ambivalente. Sujet sensible pour certains, il est chargé d’aventures et de récits imaginaires pour d’autres. Les conquêtes successives du premier empire qui passe des Amériques par le Sénégal et l’Inde, puis du second empire qui va d’Afrique jusqu’en Asie du sud-est ont accompli bien des destins. On imagine ces hommes aux premières heures de la découverte du monde, quittant un pays, une famille pour un destin au-delà des mers. Rêves de richesses, d’aventures, un univers inconnu et plein de promesses s’ouvrait alors à eux.
Vint ensuite une période d’installation et de construction. Chaque implantation développa un style architectural propre au lieu géographique, fusionnant parfois avec le style local pour donner naissance à un nouveau langage architectural. C’était l’occasion d’expérimenter les derniers styles architecturaux en vogue et de nouvelles techniques pour l’habitat. Les contraintes climatiques et l’utilisation de matériaux locaux stimulèrent l’esprit des architectes et des ingénieurs, qui éloignés de la métropole eurent plus de liberté dans le style et la réglementation.
Cet ordre politique et social du monde prit fin. Mais il reste une empreinte visible de ces échanges et de cette présence française au-delà de ses frontières. De Casablanca à Pondichéry en passant par Saint-Louis du Sénégal, Shanghaï, Alger ou Port-au-Prince, ces vestiges sont à la fois modestes et grands.
Certains édifices et bâtiments ont traversé les années avec leur histoire à raconter. Vivant un second souffle après l’indépendance, ils sont rarement restés inactifs ou inhabités. Mais faute d’entretien beaucoup disparaissent sous les assauts du temps ou de l’homme. J’ai voulu les fixer sur mes négatifs afin que les récits qu’ils renferment continuent à vivre.
J’ai réalisé la série et orienté mes voyages en fonction des recherches documentaires que j’ai pu effectuer seul à Paris. J’ai ensuite produit ces photographies en utilisant exclusivement une chambre grand format 4×5″ et des négatifs couleurs.”"
Merci à http://www.journal-du-design.fr/art/serie-vestige-dempire-par-le-photographe-thomas-jorion-78110/









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!