QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

samedi 3 décembre 2016

Humeur du matin

Afficher l'image d'origine


...Il est 5h pile. J'aurais aimé dormir plus longtemps mais mon horloge interne s'est mise à sonner il y a presque une heure. J'ai vainement cherché le balancier pour le stopper mais rien n'y a fait. Mes yeux étaient grands ouverts et mon cerveau au garde-à-vous. Toujours prêt, chef!
La perspective d'une sieste régulièrement interrompue par Léna qui passe voir si je dors ("tu vas bien, mamie?") n'est pas enthousiasmante mais je m'en accommoderai.
Hier fut froid et ensoleillé. Un soleil pâlot mais bon pour le moral qui ne peut cacher qu'avec les températures actuelles, la neige n'est pas loin. Et qui dit neige dit panique à bord pour moi. J'en frissonne d'avance tant la perspective des trajets quotidiens dans la mélasse gluante et glissante d'une neige de ville est flippante et anxyogène.
Inutile d'anticiper, les flocons arriveront bien sans que je puisse y remédier et les annuler.
Je suis contente de moi: j'ai bien travaillé hier. De petits sauts de puce mais qui, mis bout à bout, font que je commence à investir les lieux.
Depuis un mois, je tourne autour d'un tableau dont je rêve qu'il orne mes murs. Je retourne quotidiennement sur le site vendeur et je rêve. Je dois sauter le pas.

Dreamy Shot of Flower Spirit Reproduction photo

sur le site http://www.art.fr/oeuvre/p1761730796-sa-i6236438/abdul-kadir-dreamy-shot-of-flower-spirit.htm

Je me doute qu'il déconcertera certaines personnes de ma famille mais j'ai craqué devant cette oeuvre.
Cette journée qui débute est encore une page blanche. De petits jalons impossibles à éviter comme le bain de Léna, accompagner ses devoirs et la préparation du repas sont au menu mais le reste reste inconnu. Je sais qu'elle adorerait faire un atelier de pâte à sel mais je frémis à la seule évocation de l'état du parquet ensuite. Je dois y réfléchir.
Je reste un peu à l'écart du brouhaha du monde, n'y jetant qu'un oeil de temps en temps. C'est si déprimant que je préfère faire l'autruche en mettant la tête dans le sable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!