QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

mardi 14 mars 2017

Humeur du jour

Résultat de recherche d'images pour "à part ça tout va bien"

...honteuse! Pardonnez mon retard mais ma vie depuis hier fut indépendante de ma volonté.
La matinée commença mal. Un court voyage de 15mn puisqu'avant 7h du matin, il y a encore peu de monde sur la route. Grimper ces fichus 5 étages et arriver les poumons en feu et les genoux mous, préparer un café pendant que ma fille se prépare, parler de tout et de rien et me rendre compte que j'ai oublié le cartable de Léna chez moi!
Ma fille passe un coup de fil pour avertir qu'elle sera en retard et moi, je repars en sens inverse. Circulation encore fluide. Ouf, il y a bien un Dieu pour les étourdies! Et je remonte ces 5 étages, proche de l'asphyxie.
Du coup, retard pour retard, ma fille propose d'emmener elle-même Léna à l'école.
Je repars donc, déjà épuisée. Passage à la station-service, courses dans mon vieux centre Leclerc et retour un peu avant midi.
Pas de sieste car mon cerveau refuse de se mettre au repos. Tant pis! Je me lève et je plonge dans la préparation de ma chambre pour mon invité de passage puis du repas. Je repars vers le 3ème arrondissement de Lyon en jurant comme un charretier et en maudissant tout ce qui bouge et avance. J'arrive au moment de la dislocation du rassemblement du carnaval du quartier. Ils sont drôles et mignons, tous grimés et déguisés. Je récupère la petite demoiselle, adorable dans son habit coloré et nous rentrons à la maison. Il fait chaud, le soleil brille et mon propriétaire travaille au jardin. Léna va jouer sous les arbres puis elle rentre pour faire ses devoirs et prendre son bain.
Mon invité arrive vers 20h. Je couche la petite et nous nous mettons à table. Je suis un coucou du matin et passé 20h30, je suis un zombie. Je peine à soutenir les discussions successives malgré leur intérêt et mes yeux commencent à se fermer. J'oublie toute éducation vers 22h et j'annonce que je vais me coucher. Debout depuis 4h le matin, je décide qu'il est grand temps d'aller coucher mon corps fatigué!
Mais, mais le meilleur reste à venir. Ayant prêté mon lit à mon invité, je couche dans la chambre de Léna, sur un lit de 80 cm de large (donc, à mon avis, plus étroit que mon corps!), lit que je n'ai pas le courage de mettre sur ses pieds. Je suis donc au ras du sol et je dors mal, très mal. L'envie d'aller aux toilettes vers 2h du matin donne lieu à un morceau d'anthologie: je suis sur le dos, je me tourne et suis incapable de me relever. Une tortue!. Je tente de prendre appui sur une jambe et je fais levier mais je n'arrive qu'à un résultat: le lit métallique est repoussé de 50 cm sur le parquet, dans un grincement insupportable. J'arrive enfin, au prix de gros efforts, à me mettre debout et je fonce aux toilettes. Je maudis mon poids, je maudis ma perte d'autonomie, je maudis mon âge.
Le reste de ma nuit sera à l'avenant.
Et un nouveau lever vers 4h! Un autre voyage vers l'école de Léna, un énième retour. Mon invité est levé et attend gentiment. Nous déjeunons ensemble et la matinée s'écoule entre discussions et confidences. Il décide d'aller à pied jusqu'à l'arrêt du métro et part en me promettant de revenir.
Et depuis, je survis!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!