QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

samedi 1 avril 2017

Humeur de ma nuit

...dans l'attente du retour du "train du sommeil"! Mon fils adoré a fini son travail à l'hôpital vers 22h30 et, de retour chez lui, m'a envoyé un texto. J'avais coupé le son de mon vieil Iphone mais le bruit de l'arrivée du message m'a réveillée en sursaut! Et me voilà!
Cela m'a permis de regarder avec un bonheur infini, une émission consacrée à Michelle Bernier et je ne regrette pas cet aparté sans sommeil. Cette femme me plaît. 
J'ai frénétiquement zappé avant de venir lire les nouvelles de la nuit. J'aurais pas dû! L'information sur Fillon remontant dans les sondages, me laisse dans une rage folle. Qui a dit un jour que les français étaient des veaux? Le général de Gaulle, je crois.
"Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n'ont que ce qu'ils méritent."
Hier fut complètement immobile. Ma fille vint petit déjeuner avec nous hier matin, au grand plaisir de Léna, puis elles partirent de concert vers l'école de la demoiselle. Je fermai alors la porte d'entrée, bien décidée à ne pas me laisser enquiquiner par qui que ce soit. Ce fut fait!
J'ai erré avec volupté, sans but, sans courage ni désir. J'étais un corps qui se reposait.
Mes vertiges n'ont pas cédé la place sans résister et ils se manifestent encore à cette heure. Je vais tenter de les ignorer, de regarder ailleurs et, se sentant délaissés, peut-être partiront?
Ma jolie dentiste a -elle aussi- ignoré mon SOS et cela me désole. Personne ne devrait être laissé sur le bord du chemin avec 2 abcès et ses douleurs. Je suis déçue.
Ce week-end sera bien occupé: vers 11h ce matin, mon fils viendra me chercher pour la visite de la maison qu'il vient d'acquérir. Un grand moment pour lui, sa compagne et leurs deux enfants. Je tords le nez car ce sera à 40 kms de chez moi et qu'il faudra désormais anticiper et prévoir mes visites.
Et demain, visite à Quais du Polar! J'ai de si merveilleux souvenirs de mon passage comme jurée en 2009, que je m'efforce d'y participer chaque année. L'an prochain, je me porterai de nouveau volontaire pour être choisie comme jurée ou comme bénévole. L'énergie folle et la bonne humeur qui se dégagent de tout ce groupe, ne peuvent qu'être partagées.

Et voici ce que j'écrivis alors:
Le festival vu par le bout de ma lorgnette!
Une ruche bruissante et affairée, une organisation impeccable et un lieu unique. S'il y a des ratés, ils ne se voient pas de l'extérieur :-)
Accueil souriant, gentil, efficace. Un local aménagé pour les bénévoles derrière le bar. On s'y change, on y récupère notre " uniforme ", un joli tee-shirt noir frappé de l'inscription " le gang de Quais du Polar ", on s'y repose, on s'y restaure, on y papote ou échange des infos. Une table croûle sous les sucreries et les gâteaux. La boisson est à volonté. Bref, on est traités comme des coqs en pâte. L'encadrement est jeune mais s'implique à fond.
Que dire de ces longs moments passés à surveiller le bon déroulement des opérations? Ils furent faciles et morcelés par des visites: personnel de la sécurité, membres de l'organisation. Tous sont prévenants. On nous simplifie la vie au maximum: boissons, pauses, changements de poste, bouquins policiers pour patienter.
Un grand, grand bravo à l'organisation!
Je croise quelques têtes connues grâce au jury, on papote en souriant. Olivier me confie que le lieu du café-lecture risque de changer. On attendra!
Que dire de ces rencontres, de ces personnes que je n'aurais jamais croisées si je n'avais pas spontanément écrit cette lettre? C'est un bonheur de me trouver sur la route de gens passionnés et passionnants.
Je sympathise avec une autre Martine, belle quinqua installée dans le quartier St Georges. Elle est gaie, enthousiaste et intelligente. Comment expliquer qu'au milieu de tant de gens, on arrive à créer des liens avec une personne et pourquoi justement cette personne? Une histoire d'atomes crochus ?
Je sais que je la reverrai avec plaisir et j'espère que ce plaisir sera partagé :-)
En descendant les marches grises du Palais de la Bourse, j'ai la chance de croiser Claude Mesplède, notre président de jury et écrivain. Cet homme courtois et souriant est un mélange d'intelligence et de connaissances. Il possède une mémoire phénoménale! Un vrai bonheur de le connaître lui aussi.
Allez, je remonte en selle et repars pour une longue journée que j'espère riche et pleine.


Suite:

« Car c’est une grande force, en vérité, que d’être hors du temps : de vivre dans les idées, dans le contact avec des auteurs de pays divers et de temps lointains, qui sont très différents et qui pourtant vous touchent, donc vous ressemblent. Cela fortifie, cela aide. Cela vous forme comme les voyages forment la jeunesse. Cela vous aide à jauger les « événements qui font l’histoire du monde » comme y aide la vue des ruines, des temples, des palais, dont au demeurant, chacun recherche avec passion la connaissance. »
Jacqueline de Romilly

Une force, une énergie, une communion active, remuante et passionnée: voilà ce que j'ai ressenti hier, au milieu de la foule de visiteurs, d'exposants, d'écrivains, de bénévoles et d'organisateurs de la manifestation.
Nous étions tous réunis, unis autour d'une même idée, d'une même passion pour le " polar ". Je n'ai pas utilisé le mot " roman " car j'ai découvert d'extraordinaires BD au stand de la librairie Experience :http://www.librairie-experience.com/index.php
De la belle ouvrage, des BD d'une grande qualité, papier et couvertures à l'avenant. Je me suis jurée d'aller leur rendre visite. Mon homonyme Martine, bénévole comme moi, est absolument fan de cette librairie où elle achète régulièrement des ouvrages. Elle fut leur plus ardente publicitaire auprès de moi ces deux jours. Ma visite sur leur stand me conforta dans mon envie.
Des rencontres à foison: des bénévoles joyeux, actifs...des auteurs souriants et ouverts, prêts à passer beaucoup de temps en discussions impromptues avec leurs lecteurs...des organisateurs serviables bien que débordés (merci Rachel et Lorraine, qui surent mener tout ce petit monde avec bonne humeur et efficacité)...et un lieu exceptionnel et magique, qui séduisit tous les visiteurs.
Une discussion avec Claude Mesplède, toujours disponible et prêt à s'enflammer dans la défense du Polar. Nous regrettions tous deux que ce genre soit si méconnu et méprisé!
Qu'importe le sujet d'une histoire, que ce soit pour narrer une série de crimes odieux ou la vie passionnante des alevins en Poitou-Charentes, ce qui fait la différence, c'est l'auteur et son écriture! Point ! Et l'écriture de certains polars est remarquable!
N'oublions pas les moments où Radio-Vipère émit pour parler de certains auteurs à la tête si grosse qu'il fallut ouvrir les deux battants des portes. Pour être honnête, sur ce Festival, seul un auteur français connu présenta ce symptôme, selon les confidences des bénévoles chargés de l'accompagnement:-)
On loua aussi la simplicité et la gentillesse des autres écrivains et de Michel Piccoli.
Clin d'oeil à ma miss qui me chambra gentiment à mon retour: j'eus la surprise hier d'être prise plusieurs fois en photos. Vers 15 heures, alors que mes chevilles ressemblaient déjà aux cuisses de Sébastien Chabal, je me réfugiai dans un coin à l'étage. Bien à l'abri, je m'écroulai, me vautrai plus exactement, pour lire un roman donné par l'organisation: 

" l'homme au ventre de plomb " de J.F Parot ( remarquable écriture et roman passionnant!)..
Plongée dans l'intrigue et déconnectée du brouhaha, je ne remarquai pas l'arrivée d'un photographe. Il me surprit en me demandant s'il pouvait me photographier. Etonnée, je lui en demandais la raison. " Vous êtes bénévole et vous lisez! Pour moi, vous symbolisez le Festival "...
Je repris donc ma lecture en pestant contre mes rondeurs qu'on allait voir dans cette position.. Je décidais de ne plus m'en soucier et lus quatre pages pendant qu'il me mitraillait pour le site du festival.
Plus tard, alors que je poursuivais ma lecture dans la minuscule salle réservée au staff, une organisatrice vint me faire la même demande.
Allons-y, pourquoi pas? Je suis en passe de devenir une star !:-))
Redescendons sur terre pour exprimer le plaisir ressenti au moment de la remise du Prix des lecteurs/ 20mn.
L'organisation avait eu une idée de génie en conviant six avocats du barreau lyonnais à plaider quelques minutes pour un des livres sélectionnés. Un pur régal et je crois qu'ils se sont bien amusés eux aussi.
Je peux donc dévoiler maintenant le livre élu par notre jury: Zulu, de Caryl Ferey.
Voir ce que le site http://silouane.blog.lemonde.fr/2009/03/18/zulu/ en pense!
J'avoue ne pas avoir voté pour ce livre mais il semble séduire beaucoup de lecteurs. Donc, allez vous forger vous-mêmes une opinion.
Voilà! Ma mission de reporter prend fin. J'espère que vous aurez pu - à travers moi - participer à votre manière, à cet événement si particulier.
Dois-je signer cet article d'un nom de plume? :-))





Le jury du Festival Quais du Polar, après repas et délibération. Le Président - Claude Mesplède - est assis au centre. La boulotte hilare sur la gauche, c'est moi :-)
Amitiés à tous et merci au photographe!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!