QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

mardi 27 juin 2017

Humeur du matin




"Il existe une race, voyez-vous, les hommes qui portent en eux un clochard en filigrane, ceux qu'un rien rend heureux, un merle sur l'herbe, des lichens sur un mur, une flaque de soleil sur un arbre, ceux qui vivent pleinement l'instant, ils sont immortels, c'est pour eux que j'écris." (Jean Sulivan)
Il y a des matins ternes et d'autres au son de clochettes. Avant d'entamer ma journée de blogueuse, je fouine, furète, tourbillonne et me noie dans des centaines de pages écrites par d'autres.
Et soudain, au détour d'un site sur lequel ma souris s'est mollement égarée, je découvre des mots, des sentiments familiers, avec une sensation aigüe de connivence. Lui pourrait être moi dans ses citations, dans ses réflexions et une vague de bonheur simple me submerge. 

Hier fut terne et sans apprêts mais cela me fit du bien. Pouvais-je imaginer que le retour des nuages et d'une fraîcheur relative me plairait autant?  
Pas de précipitation, pas d'obligations à part nettoyer l'auge à cochons qu'est devenu mon appartement. 
 J'exulte à l'idée d'avoir récupéré "mon" temps. Plus de contraintes hormis celles que JE m'impose. Il était temps et je profite du calme de ce coeur de cyclone.
Relativisons quand même! Mes yeux gonflés, ma vessie impatiente avec l'âge, mes douleurs qui circulent sans retenue me rappellent à l'ordre en permanence. Et revient la question: "comment pourrais-je de nouveau vivre en compagnie de quelqu'un?".
La promiscuité me dérange, vivre au rythme de quelqu'un m'empoisonne le quotidien, dépendre à nouveau d'un autre me révulse. Bref, je suis devenue invivable et serais une épouvantable compagne. Je dois l'admettre et renoncer à l'hypothétique rencontre de la dernière chance.
J'ai enfin reçu mon colis! A l'affût toute la matinée d'hier, un camion arriva à midi pile. Quelques coups de klaxon impérieux et je franchis ventre à terre la quinzaine de marches me séparant du portail. 13 secondes et demi plus tard, mon colis était déposé, le livreur avait signé à ma place sans me le demander et le camion était déjà reparti. J'ai signalé ce détail gênant par un courriel à la société de livraison mais je doute de ses effets. Que trouverai-je dans ce carton? Mon "bain de soleil" sera t'il cassé ou en bon état? A suivre!
Mon aujourd'hui sera atone car je le veux. J'en ai besoin. Je finalise d'abord le mémoire de la future cadre de santé puis je le lui renverrai.
Ma journée sera donc ensuite ce que j'en ferai, c'est-à-dire pas grand chose mais ne vous leurrez pas: cela me convient tout à fait!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!