QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

samedi 3 juin 2017

Humeur du matin

Résultat de recherche d'images pour "coeur ailé"


"Si vous aimez et devez éprouver des désirs, faites que ces désirs soient vôtres: Vous fondre en ce ruisseau onduleux qui chante une mélodie à la nuit. Eprouver la douleur d’un débordement de tendresse. Porter la blessure qui n’est due qu’à votre incompréhension de l’amour, Et à en laisser couler le sang joyeusement. Vous réveiller à l’aube avec un coeur ailé et rendre grâce pour cette nouvelle journée où il vous est permis d’aimer; Méditer ensuite sur l’extase de l’amour; Et revenir chez vous au crépuscule rempli de gratitude;"
Gibran"
Voilà! Je me suis réveillée avec le coeur ailé. Que demander de plus, de mieux? 😇
Mais que se passe t'il donc, Martine, pour que tu arrives si tard devant ton ordinateur?

- Heuuu, juste un coucher tardif après avoir suivi une émission qui m'a donné des papillons au coeur: "prodiges" sur la 2. Un concentré de talents, de jeunesse, de beauté et d'enthousiasme si revigorant en ces périodes troublées. 
La météo d'hier fut à l'aune des jours précédents: soleil et températures élevées. Hé M'sieur Trump, le changement climatique est déjà là! Quel con nuisible, ce type!
Repas anticipé pour partir dans l'Ain. J'ai préféré emprunter les petites routes secondaires mais je n'étais pas la seule à avoir eu la même idée. Je cuisais à petit feu derrière mon volant, ouvrant et refermant les vitres avant de ma voiture. Les fenêtres ouvertes généraient un courant d'air brûlant apportant avec lui des milliers de pollens. Des salves d'éternuements et le nez qui coulait m'imposaient de refermer les vitres. Et je recuisais en ruisselant jusqu'au moment où, asphyxiée et au bord de l'évanouissement, je réouvrais les fenêtres! 
Un cauchemar! J'arrivai devant la mairie de Chazey sur Ain juste après l'ouverture et la secrétaire me reçut fort aimablement avant de donner des réponses à mes questions. 
Mon imprimé officiel sous le bras, je repartis et m'arrêtai chez le cousin Jean. Il siestait et je ne pus le voir. Sa femme me promit qu'il me contacterait le soir. Ce qu'il fit d'ailleurs!
Un arrêt plaisir chez Nicole et, dans la fraîcheur bienfaisante d'un salon clos, nous discutâmes sans retenue. C'est toujours un grand plaisir de discuter avec cette belle femme souriante et intelligente. Elle gère de main de maître un immense domaine et ses journées sont bien remplies. Des amis à elle vinrent se joindre à nous pour partager un café et sauter dans notre conversation. Je repris le chemin du retour sous un soleil de plomb et au milieu d'une circulation infernale. En ce vendredi après-midi, les entreprises de la plaine de l'Ain déversaient le flot de leurs employés en direction de la ville. Vitesse excessive pour beaucoup d'entre eux et toujours cette chaleur infernale qui me fit repousser ce que j'avais prévu: les courses de la semaine. Je rentrai chez moi, ravie de retrouver la pénombre de mon appartement où je pus terminer ma journée en tenue plus ... légère! La fraîcheur du carrelage sous mes pieds nus est un plaisir divin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!