QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

jeudi 3 août 2017

Humeur du matin

Résultat de recherche d'images pour "centre commercial la confluence"


...tralalère et une bougie de plus sur l'impressionnant gâteau de ma vie. J'ai reçu tant de messages affectueux qu'ils m'en ont (presque) fait oublier ce chiffre qui change. 
" Puisqu' il faut vieillir dans cette vie...Cela vaut bien la peine de faire briller ses yeux."
de Heide Marie Voigt tiré du "les très riches heures du livre pauvre" 

m'écrivit Karine il y a tout juste 5 ans! 
J'ai donc tenté de faire briller mes yeux hier mais ce fut rude. La chaleur qui monte, qui monte comme la "bébête" de la comptine nous anéantit lentement. Et comme dans certains pays, nous surveillons le ciel à la recherche de nuages gonflés d'eau. Tous les orages annoncés n'accouchent que de 3 misérables gouttes de pluie. 
Hier matin, mes filles nous ont rejoints et nous sommes parties à 2 voitures, avec l'objectif de découvrir le nouveau quartier de la Confluence. La circulation estivale fut fluide et agréable. Arrêt dans le parking du centre commercial flambant neuf avec le secret espoir de profiter de la climatisation. Las! Le bâtiment est recouvert d'une immense verrière qui le transforme en cocotte-minute (ou en cuit-vapeur) avec de telles températures. 4 zombies adultes se sont mis à déambuler le long des coursives ensoleillées à la recherche d'un magasin plus frais que les autres. Rien à faire! Un seul arrêt plaisir et rieur dans la boutique "la chaise longue".
Seule Léna s'agitait, courait, nous interpellait. Mais où cette petite fille va t'elle chercher une telle dose d'énergie?
Un arrêt boissons fraîches sur la terrasse mi-ombre, mi-soleil d'un McDo puis nous partîmes à la recherche d'un restaurant. Il n'était pas loin et nous le traversâmes pour nous installer à l'ombre. Pas un souffle d'air et la sueur coulait le long des corps. Les menus cartonnés du restaurant servirent rapidement d'éventail. La vue sur l'eau et le nouveau quartier était superbe et nous avons suivi des yeux les navettes du vaporetto qui effectue le trajet jusqu'au centre ville.. Le repas fut à notre goût mais un incident secoua notre groupe. Ou plutôt, il fut l'occasion de plaisanteries de notre part et d'un grand moment de solitude du personnel.
Après avoir mangé son assiette de gambas et salade, ma soeur découvrit un asticot et nous  en informâmes la serveuse qui appela le manager qui. qui...! 
Il eut la courtoisie de nous offrir nos boissons et de déduire de la note l'assiette de gambas de ma soeur. Un geste commercial non réclamé mais que nous avons apprécié.
Retour sur le goudron surchauffé du périphérique suivi d' une tentative de sieste. Les filles et Léna s'installèrent dans la piscine et n'en sortirent qu'en fin d'après-midi.
La préparation du repas finit de m'achever avec la gazinière allumée. Je terminai en nage et heureuse de pouvoir enfin m'asseoir à table.
Toutes les fenêtres ouvertes ne laissaient entrer qu'un air brûlant et les quelques gouttes d'eau de la soirée ne permirent pas de rafraîchir l'atmosphère.
Et on remet ça aujourd'hui avec un autre pic de température.
Nous sommes invités chez des amis de nos parents et je plains d'avance Simone qui sera obligée de cuisiner pour nous.
Image: http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/2014/04/10/le-centre-commercial-lyon-confluence-deux-ans-d-activite-456469.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!