QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

lundi 8 février 2016

Humeur du matin



...j'aimerais écrire "remontée à bloc"! Je suis remontée mais petit, petit. Il est temps que ce déploiement d'énergie se termine car je redoute fort d'être à sec, à court de carburant pour aller jusqu'au bout. J'essaie maladroitement de me projeter dans ce futur petit appartement mais le moment présent me rattrape et me cloue sur place.
Hier fut catastrophique côté météo. Vers 8h et sous la pluie, j'ai chargé deux gros sacs de vêtements afin de les déposer chez Claire. Elle dormait encore, fatiguée par une longue soirée à l'extérieur. J'ai donc rangé les sacs près du banc de la terrasse et suis retournée chez moi. J'ai chargé dans la voiture ce qui devait être emporté à Lyon, ai fermé la porte à clé puis suis repassée chez Claire.
Fraîche d'une douche récente, elle m'a conviée à partager un café. Toute pimpante dans sa robe de chambre multicolore, elle a posé devant moi  un gros bol que n'aurait pas refusé Papa Ours, le paquet de sucre et a préparé une cafetière de café odorant. Nous avons partagé ce moment, bien à l'abri des bourrasques violentes et des giboulées impressionnantes. Sa belle-soeur frappa à la porte et déboula dans la cuisine tiède, perdue sous sa capuche de parka. Elle s'ébroua et resta un moment à discuter avec nous. Elle repartit peu après, nous laissant dubitatives sur les chances de bénéficier d'un répit météorologique.
Je profitais d'une diminution de la violence de l'averse pour prendre la route. Rouler sur l'autoroute fut un challenge car la vitesse excessive de certains véhicules projette un mur d'eau boueuse aveuglant. Je suis sagement et peureusement restée sur la voie de droite.
J'ai déchargé mes sacs et cartons sous la pluie, me transformant rapidement en rat d'égout. Mes lunettes furent rapidement inefficaces et je dus accéder à tâtons à l'appartement. Je m'y installais et pus enfin nettoyer mes verres de lunette. J'en profitais pour reprendre certaines mesures afin de finaliser mentalement l'emplacement de mes meubles. Ne pas se tromper car, lorsque mes déménageurs bénévoles seront là, il sera hors de question d'hésiter sur la position des armoires et des lits.
Ma cousine Josiane m'appela pour me confirmer que les compagnons d'Emmaüs passeraient récupérer mon canapé le vendredi 12. Léna qui arrivera le soir même, sera certainement étonnée du vide dans le salon.
J'ai pas mal travaillé pendant l'après-midi puis le moment des coups de fil familiaux commença. Un répit et un repos pour le dos et les articulations.
Ce matin, aspirateur dans l'appartement et lavage des sols en prévision des futures visites de l'appartement. Et commencera un nouveau travail d'Hercule: vider le garage! Et ça, voyez-vous, ce sera terrible!:-)
Et ma 55 ème souris fut occise hier! Et j'ignore dans quel sac j'ai pu ranger les pièges restants! Mon souci: devrai-je évoquer cette chasse permanente avec les possibles futurs locataires? :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!