samedi 14 mai 2022

Humeur du jour

 Bonjour à toutes et à tous. Silence impromptu. Une mauvaise nouvelle et j’ai vrillé. C'était Trop. Une peur irrationnelle et incontrôlable. Je verrai ma doctoresse Lundi et j’espère en apprendre plus. Je suis terrifiée mais je reconnais que savoir m’aide à lutter. J’ai toujours vécu ainsi. Ne pas se voiler la face et affronter du mieux qu’on peut. Tant que je ne sais pas, je suis dans l’expectative, l'incertain, le flou. J’attends, je patiente. J’ai la chance d’être entourée de gens bienveillants et pleins d’amour. Je suis seule dans mon cercle de peur mais ils sont nombreux autour à m’entourer de bienveillance. Merci

mardi 10 mai 2022

Humeur du jour

 Quelques jours d'absence et de silence "médiatique" dus simplement à la vie courante. J'ai pas mal travaillé et suis allée à Lyon pour un long rendez-vous médical. Incontournable et flippant.

Les fenêtres se sont ouvertes ce matin sur un ciel bleu et rose à l'est. L'air qui flotte est laiteux et léger, frais et revigorant. Je suis sortie pieds nus sur la terrasse pour siroter mon bol de Ricoré, le corps parcouru de légers frissons pas désagréables.


Mon déplacement à Lyon hier fut catastrophique et fatigant. Le périphérique nord menant à Lyon était fermé et des milliers de véhicules étaient bloqués dans un gigantesque embouteillage. A un moment, il fallut opter pour bifurquer à droite sur Tassin La Demi-Lune ou sur l'entrée dans Lyon par le Tunnel de Fourvière. Les lyonnais comprendront!

L'horreur! 

1h25 pour arriver à la clinique alors que 40 à 45 mn suffisent d'ordinaire.

Un long, très long rendez-vous avec le cardiologue que je soupçonne de m'avoir prescrit des examens dans un réflexe de copinage. Examens à faire (évidemment) exécuter par son confrère voisin. Soupir. Je ne suis pas dupe et accepte les faits mais je suis toujours révoltée par cette situation. Nous -patients- sommes des boules de billard passant d'un médecin à un autre au détriment des comptes de la Sécurité Sociale.

Le retour fut tout aussi catastrophique. Waze me guida dans Lyon et je déteste (redoute) conduire en ville. Emprunt une fois encore, du tunnel sous la colline de Fourvière: "père, garde toi à droite, père, garde toi à gauche! 

Conduire en ville demande, exige des yeux de mouche pour regarder à 360°. Une tension permanente.

Arrivée soulagée chez moi en fin d'après-midi, repas expédié, sieste et grosse fatigue. Je fermai les yeux vers 19h mais mon sommeil fut perturbé par le voisin ou voisine du dessous qui, chaque soir entre 20h et 21h, fait tourner des robots bruyants. J'ai beau tenter de deviner, je n'ai toujours pas la réponse.

Ce matin, papiers à mettre à jour puis à aller poster. J'en profiterai pour emporter les poubelles puisqu'ici, c'est à nous de le faire. C'est pénible car on n'a pas toujours envie de s'habiller pour sortir la voiture et aller déposer nos sacs dans les containers dédiés. Soupir

Aurai-je le courage de poursuivre ma route pour aller effectuer quelques achats? 

vendredi 6 mai 2022

Humeur du jour

 Au calme dans une chambre tiède. J'ai 2 jours de retard dans mes humeurs et je m'en excuse.

La vie prend le dessus et poster des articles sur le blog demande tellement de temps. Il y a quelques années en arrière, dénicher des artistes, choisir ceux que je voulais mettre en avant, aller sur Google, y rechercher leurs sites professionnels ainsi que des photos de leurs oeuvres puis faire des copiés collés me demandait 5 à 6 heures par jour.

J'avoue qu'en vieillissant, je privilégie MA vie.

Hier fut un fort agréable moment. Départ vers 9h et être engluée dans l'éternel embouteillage de plusieurs kilomètres à l'entrée ouest de Lyon. Arrivée à 10h à Vénissieux. Un appel pour confirmer mon arrivée mais Coline n'était pas prête. Un quart d'heure confortablement assise à siroter un déca tout en papotant et nous partîmes. Une jolie promenade entre mobilier et décoration, coupée par un bon repas dans le restaurant Sahne que je recommande. Un décor magnifique et des plats que nous ne connaissons pas. Un grand verre de Viognier frais, un café et nous repartions. Un ultime arrêt au magasin 4 Murs. Le plaisir pur, le kif. Coline y a sans doute trouvé la tapisserie pour son salon et sa table de salle à manger.

Retour tranquille et nous avons vidé le coffre de ses achats. Une bise, un au revoir, la promesse de se revoir bientôt et je reprenais la route. Le périphérique nord très embouteillé comme d'habitude mais je rentrai sans encombre.

Une nuit épouvantable. J'étais réveillée un peu avant minuit, très énervée à l'idée que je devrais me lever entre 4h30 et 5h.

Je fermai en silence la porte de l'appartement vers 5h40 et descendis au garage. Un immense espace sombre, mes pas qui résonnaient au fur et à mesure que j'avançais tandis que les spots suivaient ma progression en s'allumant au fur et à mesure. Et là, un léger frisson le long de la colonne vertébrale en songeant aux films policiers que j'ingurgite à forte dose. Quelques coups d'oeil furtifs par dessus mon épaule et l'ouverture express de la porte de mon garage. Pas rassurée du tout.

J'eus la grande surprise de découvrir que la ville se mettait à bouger à cette heure indue. Une femme sortit d'une porte en face de l'entrée du garage. Le long de mon parcours dans la rue Gabriel péri, je repérai des signes de vie, d'une vie industrieuse de départs au travail, un promeneur même.

Je pris la route buissonnière en direction d'Eveux, longeai la gare illuminée et suivit de loin une petite voiture aussi peu courageuse que la mienne dans les montées.

Le ciel s'éclaircissait au fur et à mesure des kilomètres et arrivai à Sourcieux les Mines sous un ciel pâle. Mon fils me surprit à l'arrivée, des salutations, des sourires, des bisous, un premier café à la machine et je me retrouvai rapidement seule. Les petits dormaient et seul le silence me tint compagnie jusqu'à 7h. Je vis débarquer mon petit-fils, encore à moitié endormi. Il vint se pelotonner contre moi pendant quelques minutes, dans la chaleur de mon corps et sous un plaid douillet. Nous discutâmes un long moment à voix basse jusqu'à l'arrivée de sa soeur. En tee shirt et short! Moi qui grelottais avec un pull!

Ils préparèrent leur petit déjeuner et les discussions s'entremêlèrent puis ils revinrent s'asseoir près de moi. Confidences, chatouilles, rires. Ils débarrassèrent ensuite la table puis leur mère arriva après une nuit de travail en maternité. Discussions entre adultes pendant que les chamailleries reprenaient dans la chambre. Il fallut intervenir par notre présence puis j'embarquai les lutins. Direction l'école. Je revins vers l'Arbresle au milieu d'une circulation plus dense de voitures conduites par des mères allant ou revenant de l'école. 

Devant faire le plein de fruits et de légumes, j'optai pour la découverte de La Ronde Paysanne, vantée par plusieurs personnes. Je fus surprise par le nombre de kilomètres à parcourir, prise dans une circulation dense et rapide. Je commençai à me dire que j'allais faire demi-tour lorsque je vis leur panneau publicitaire. Et devinez! Magasin pas encore ouvert!

Déçue, je repris le chemin inverse pour m'arrêter Aux Terres Paysannes à l'Arbresle. J'y trouvai ce que je voulais et repartis, frigorifiée par un vent qui s'était levé.

Après avoir garé ma voiture, je me préparai à monter mes 4 sacs avec difficulté mais une résidente me héla de loin et me proposa d'utiliser sa charrette de courses. Merci merci! Du coup, elle m'accompagna au 4ème étage, juste le temps de quelques paroles bienveillantes échangées. Je redescendis pour porter des imprimés à donner à l'intendante: ma participation au Repas des Voisins le 20 et un imprimé pour la société qui gère la résidence. Elle me remit ma clé menant au jardin collectif, je signai le procès-verbal et remontai chez moi. J'avais entre temps signalé les coupures d'électricité hier en soirée ainsi que la panne du chauffage et le manque d'eau chaude. J'obtins des explications. Le dépanneur est passé, la chaudière fut remise en route et tout est rentré dans l'ordre.

Un appel à ma voisine et je pus enfin m'écrouler. Chemise de nuit et hop sous les draps. Un long sommeil comateux de plus de 2 heure suivi d'un réveil hagard.

Je devrais aller travailler un peu mais en aurai-je le courage?

mercredi 4 mai 2022

Humeur du jour

 Début d'après-midi calme. Il pleut. Les grondements du tonnerre me tirèrent de ma sieste et bien au chaud, j'écoutais et regardais tomber la première grosse averse. Je réalisai une fois de plus combien être à l'abri est primordial.

Remontons le temps, voulez-vous?

Hier matin, de nombreux coups de fil puis je me préparai pour l'expédition contrôle technique. Arrivée quelques minutes avant l'heure officielle mais comme j'étais la seule cliente, ma voiture partit immédiatement à l'atelier. Revenez dans 45 minutes! Okay!

L'air était doux sous un soleil printanier et je parcourus la centaine de mètres jusqu'au magasin Chaussea. L'été est là avec toutes ces chaussures ouvertes, ces sandales, ces nu-pieds. Un petit secret à révéler? Le pied est la partie du corps que je déteste le plus. Je suis incapable de montrer mes pieds, de les exhiber dans des sandales. Je ne porte jamais de chaussures ouvertes. C'est grave, docteur? 

Mais j'ai quand même parcouru les allées en m'imaginant avec ça ou ça aux pieds mais cela n'ira pas plus loin.

Retour dans la salle d'attente du contrôle technique où, après avoir parcouru les quelques revues proposées, je piaffai d'impatience. Une grosse boule au creux de l'estomac en redoutant de mauvaises nouvelles donc des dépenses imprévues mais le garagiste revint en souriant. " Tout va bien!"

Il m'annonça que je devrais changer l'essuie-glace arrière ainsi qu'une ampoule de stop arrière. Il me proposa de passer directement chez Norauto à côté afin de m'éviter les frais d'une contre-visite. Ce que je fis illico et zou, Theo s'occupa de changer ce qui devait l'être. Je réglai et pus prendre le chemin du retour.

Insomnie la nuit dernière et comme je m'ennuyai, j'ouvris les volets roulants et restai plusieurs minutes à admirer la vue. Les routes descendant des collines étaient éclairées et quadrillaient joliment l'espace. La gare était illuminée comme chaque nuit, offrant la vision des trains bleus locaux gentiment garés, et quelques fenêtres indiquaient que je n'étais pas seule à ne pas dormir.

Ce matin, l'air était tiède et je décidai de descendre vers la vieille ville. Un arrêt à la pharmacie puis j'arpentai lentement les rues pavées et quasi désertes. Des papas et des mamans, poussant leur progéniture ou dégustant un croissant à une terrasse de café. J'étais ravie de ces moments sereins. 

Retour à la résidence où les déménageurs ne cessent leurs allées et venues. Les lieux se remplissent.

Les grondements du tonnerre me tirèrent du sommeil tout à l'heure mais le soleil est de retour et sèche le carrelage humide de la terrasse.

mardi 3 mai 2022

Humeur du jour

 8h20 La panique et le stress. Après une insomnie de derrière les fagots, j'avais programmé mon réveil pour avoir le temps de me préparer, de descendre vider ma voiture des objets inutiles avant de la déposer pour le contrôle technique mais le bip d'un texto interrompit mon repos. Sa lecture me réveilla brutalement et me força à me lever sur le champ. Le livreur annoncé demain se présentera aujourd'hui! Mais à quelle heure? Ce n'est évidemment pas indiqué et j'ai tenté de leur envoyer un message via Amazon. La réponse automatique me fit dresser les poils: mon message serait transmis au livreur d'ici quelques jours!

Bon, que fais-je alors? D'abord, je me suis préparée immédiatement et me voilà lavée, vêtue, maquillée. Ca, c'est fait! Je vais descendre au garage pour y vider ma voiture et j'espère que le chauffeur livreur ne passera pas pendant ce laps de temps.

Je suis énervée au lever et je vais devoir prendre le temps de respirer et de me calmer. Si je suis absente, je demanderai une seconde présentation. C'est tout!

Au moment où, assise sur mon canapé, je me maquillais rapidement, une odeur incongrue atteignit et frôla mes narines. Tel un setter à l'arrêt, la truffe palpitante, je suivis le fumet et arrivai sur la terrasse. Du pain grillé! Délicieuse odeur appétissante provenant sans doute de chez ma voisine de terrasse mais suffisamment puissante pour réveiller mon appétit. Mince, et le jeûne intermittent? 

J'ai tenu bon mais ai -de nouveau- vérifié la puissance et la prégnance de certaines odeurs. Elles vous renvoient sans vergogne à l'enfance et à des émotions.

lundi 2 mai 2022

Humeur du jour

 Et bien, tout arrive! Me voilà devant mon clavier à une heure indue. Les fenêtres sont largement ouvertes sur le soleil faiblissant de fin d'après-midi. Les cloches de l'église sonnent dans la douceur d'un air tiédi. Je viens de terminer mon repas, de m'inscrire pour un rendez-vous en hôpital et de répondre au coup de fil de ma fille aînée. 

La vie avance, en claudiquant parfois, mais elle avance.

Ce matin, le soleil brillait déjà lorsque je quittai la résidence pour me rendre au centre de contrôle technique choisi. Un homme à cheveux blancs très souriant et hop, je le retrouverai demain à 11h. En sortant, je bifurquai pour me garer sur le parking du magasin Gamm Vert. Je dois avouer que je suis absolument fan de cette chaîne de boutiques. Quel que soit le lieu, le personnel y est accueillant, serviable, souriant et y faire ses courses est du pur kif.

N'ayant aucune contrainte de temps, j'ai arpenté lentement les allées de décoration, de plein air, de nourriture. J'ai failli craquer mais j'ai tenu. J'ai acheté des herbes aromatiques que j'ai installées sur la terrasse et à chaque passage, j'y jette un coup d'oeil souriant.

Un arrêt ensuite à La Halle aux Vêtements. J'y ai trouve le pantalon que je cherchais. Youpi!

Les douleurs sont toujours vraiment présentes mais le mental reprend quelques forces. Souffrir jour et nuit arrivait à grignoter mon optimisme. En acceptant de fixer des rendez-vous, je me prouve que je veux progresser et oublier cette douleur lancinante.

Les genoux, c'est fait et il reste la cataracte. Là, j'avoue que je balise, j'ai la trouille. Je n'ai qu'un oeil en état de fonctionner et un ratage me rendrait quasiment aveugle. J'ai du mal à avancer sur ce projet d'opération. Les 3/4 des personnes de mon entourage furent "ratées" et durent subir une seconde voire une troisième intervention. L'autre grand-mère a toujours une gêne sur le bord supérieur de sa vision mais pour le chirurgien, lui a réussi l'opération. Se remettre en question n'est pas au goût du jour pour ces pontes, ces caciques. Bref, j'hésite!

dimanche 1 mai 2022

Humeur du jour

 Dimanche de fête. Matin laiteux avec une atmosphère blanchâtre difficile à décrire, ciel pâle et soleil naissant. Aucun bruit de la vie quotidienne, un silence tout juste cassé par les sifflets des trains sortant de la gare et des chants d'oiseaux à foison.

Hier vit une longue sortie malgré ma fatigue post insomnie. Un court passage au magasin Lidl pour y acheter un panier pliant à roulettes pour monter mes courses sans difficulté, traverser l'Arbresle pour prendre un rendez-vous pour le contrôle technique de ma Toyota et l'extrême surprise de trouver porte close.

Merde, les gens, vous avez un site internet! Ne pouvez-vous pas le mettre à jour? Vos clients potentiels vous en seraient reconnaissants. Dépitée, je traversai la rue pour entrer dans le supermarché Carrefour Market. Une clientèle clairsemée et des caissières absolument délicieuses. Mon opinion se confirme: sortir de la ville pour trouver le calme est bénéfique à tous les niveaux.

Le reste de la journée fut magnifiquement ensoleillé et chaud, l'occasion d'envisager l'achat d' un rafraîchisseur d'air pour l'été car les températures grimpent rapidement dans l'appartement. Les chaleurs de l'été risquent fort de me transformer en momie desséchée si je ne prends pas de décisions en amont.. 

Aujourd'hui sera clos. Ménage! Et oui, tout arrive!

Je viens de regarder l'émission sur les mères toxiques et je souris intérieurement en me demandant quelle mère je fus et quelle mère je suis. Je redoute les réponses! 😁

vendredi 29 avril 2022

Humeur du jour

 Bonjour! 

Hier fut un jour magnifique, lumineux, ensoleillé et vit surtout mon retour timide vers une vie sociale.

Départ vers 9h pour descendre la colline et me rendre au cabinet de pédicurie voisin. Un territoire inconnu à découvrir. Un autre, un de plus.

J'avais le choix entre parcourir le parc, en sortir par la seule porte disponible actuellement et remonter la rue principale ou emprunter la "voie rapide" de la volée d'escaliers en pierre et pentus. Après une rapide réflexion, j'optai pour la seconde solution. J'étais seule sous le soleil matinal et je pris mon temps pour poser correctement mes pieds afin de moins souffrir. Un court arrêt au milieu, le temps de savourer la chaleur sur mon visage et je réalisai que je n'étais pas la seule. Mes yeux détectèrent un rapide mouvement à mes pieds: la longue queue d'un lézard dérangé par mes pas et qui disparut dans l'interstice d'un des poteaux. Arrivée sur la rue encore dans l'ombre, je réalisai que j'étais un peu en avance et décidai de parcourir le quartier. Je découvris la volée de boutiques que je m'empresserai de retourner voir puis fis le tour du pâté de maisons. Un salon de coiffure niché à l'abri de la circulation infernale, la Salle du royaume des témoins de Jehovah, les devantures de quelques bureaux d'études et petites entreprises, une crèche dont le jardin devant offrait de nombreux jeux. Un papa pressé s'y rendait, portant un bébé dans les bras et suivi par une petite fille à la frimousse boudeuse car mal réveillée.

Des rues calmes hors du circuit infernal et grondant de l'avenue Gabriel Péri, LA seule voie pour traverser le bourg et empruntée jour et nuit par des centaines de camions et de véhicules. Une horreur pour les riverains et les piétons.

Revenue devant la devanture du cabinet, je me hasardai à en pousser la porte. J'entrai et découvris un petit salon aux odeurs d'encens et un grand aquarium. J'avoue que je n'en suis pas friande. Quelques dix minutes d'attente, la cliente précédente sortit, la pédicure prit le temps de ranger et de nettoyer puis elle vint me chercher. Un fort agréable moment dans un cabinet impeccable et inondé de soleil. La surprise en apprenant qu'elle habitait pas loin de mon domicile précédent dans le 8ème arrondissement de Lyon. Bon sang! Elle fait les allers et retours tous les jours???

Quelques minutes désagréables car elle réalisa que j'avais quelques petits cors à l'angle supérieur de 3 orteils! Surprise et douleurs!

Une fois dehors, le pied léger, je refis le chemin inverse et sans rien ressentir, je grimpai ces escaliers menant à la résidence.

Le temps de me réinstaller chez moi et le téléphone sonna. Mon fils m'invitait à retrouver sa famille au restaurant chinois voisin. Il me demandait si j'accepterais...Oh que oui! 

Comme Dalida, je remis du noir sur mes yeux et descendis ressortir ma voiture du garage. Nous arrivâmes au même moment sur le parking du restaurant. Une flopée de bisous plus tard, nous entrions. Et autre surprise: l'associé de mon fils y était déjà installé à une petite table.

"Allez, tu ne vas pas manger tout seul! On demande une table plus grande!"

Et hop, aussitôt fait!

Un repas bruyant, désorganisé entre les diverses allées et venues pour remplir les assiettes, des conversations croisées, le pot de rosé frais sur la table. Josette, l'autre grand-mère m'avait apporté un second pot de kéfir en me prévenant qu'il "bullait" beaucoup. Je repartis avec ce précieux trésor et me dirigeai vers une station de lavage indiquée par Josette. Personne et je pus prendre mon temps pour comprendre comment agir. Je pris mes jetons et saisis la lance. Je fus surprise par la violence du jet et la mousse qui se déversait sur ma voiture. Voilà! Ma Toyota rouge vif est désormais libre de ce sable orangé venu du Sahara.

Dans le garage, au moment de rentrer ma voiture, je croisai ma nouvelle voisine et une longue conversation s'ensuivit. Nous avons beaucoup de points en commun. Elle me confia qu'elle était heureuse que nous fassions connaissance et ce n'est pas fini! 

Un repas rapide et je plongeai tôt sous les draps, une nuit horrible, entrecoupée de micro réveils et de rêves surprenants.

Je suis fatiguée au réveil.

Nicolas vient de m'envoyer de gentils messages concernant ma future opération des genoux et le plus curieux c'est que cela conforte ma décision de choisir l'Hôpital de la Croix Rousse. Mon fils et sa femme m'en avaient parlé hier. Mon choix est donc fait. Aujourd'hui devait être le jour des courses mais j'avoue que ma fatigue freine un peu mon élan. A suivre!


mercredi 27 avril 2022

Humeur du jour

 Un ciel bleu très pâle donnant une impression de douceur et de légèreté et un soleil printanier que j'espère définitif. L'énergie reprend le dessus en le voyant même si j'ai autant de forces physiques qu'une endive bouillie.

Je tâtonne pour trouver la posologie adaptée parce que ce grand écart entre 19 et 8 de tension me tue à petit feu.

Un bref passage devant l'ordinateur et je tenterai d'affronter le quotidien.

Hier fut clos, juste secoué par quelques essais de vie et la visite impromptue d'une nouvelle voisine. 84 ans et une énergie étonnante et détonnante. Notre étage a réuni des femmes seules et j'ai initié l'échange de nos numéros afin de veiller les unes sur les autres et d'échanger en cas de besoin ou d'envie. Pour moi, il est hors de question de rester isolée et savoir que l'on peut compter sur ses voisines est appréciable. Elle m'a proposé d'emporter mes poubelles car elle possède un chariot à roulettes et ne souffre pas des genoux come moi. 😄

Ce refus du ramassage des ordures par la Communauté de communes est insupportable et génère beaucoup de problèmes dans cette résidence.

Ma fille me donna hier soir des nouvelles de Léna, cavalière en stage pendant ces congés scolaires.

Etant alitée la plupart du temps, je passe beaucoup de temps sur internet à la recherche de ce qui manque dans cet appartement. Je suis tributaire du temps libre et de la bonne volonté de mes enfants et de Nicolas pour m'aider et je dois réfléchir aux livraisons, aux jours. J'aimerais remuer le nez comme Samantha la sorcière, fermer les yeux et les rouvrir sur un appartement achevé. 

Allez, j'essaie? 😊

mardi 26 avril 2022

Humeur du jour

 Un peu en retard mais j'ai des excuses, des explications. Une nuit mille-feuilles (une alternance de périodes de sommeil et d'éveil) et un réveil définitif tardif. Le temps de mettre les pieds à terre, mon fils appelait pour prendre des nouvelles (c'est gentil!) puis ce fut ma soeur qui s'ennuyait! 😂

Les volets s'ouvrirent sur un ciel chargé dans toutes les nuances de gris et un air blanchâtre.

Un courageux soleil s'y est attaqué et réchauffe terrasse et vitres. La toilette est faite et j'ai tant de choses à faire après ces 4 jours d'inertie. J'ai enfin la réponse ou du moins une explication à cette mollesse permanente. Ma prise de tension régulière à la demande du cardiologue m'indique que ma tension baisse, baisse. Depuis hier, je stagne à 8 sur 5, ce qui est loin d'être génial pour retrouver un peu d'énergie. Repos donc encore et toujours car les vertiges associés ne sont jamais bien loin. Cette accumulation de soucis me révolte, me met en rogne. 

Je vais quand même me forcer à faire quelques corvées en sachant que je pourrai me reposer à tout moment.

Une cloche solennelle et pure dans le lointain puis le sifflet joyeux du train dans la gare voisine. J'adore ces bruits incongrus, si différents de ceux connus dans la métropole lyonnaise.

Et une bonne nouvelle supplémentaire: la retraite du mois sera virée dans la nuit de mercredi à jeudi. Youpi! 😁

Je n'ai pas suivi l'après-élection, je l'avoue. Les effets de manches, les annonces pré électorales ne seront pas suivies d'effets comme d'habitude mais je redoute les coupes franches, les tours de vis et suppressions. Les dépenses des dernières années pour maintenir l'économie à flot devront se payer. Méfiance! 

Je dois tenter de gagner plus d'argent. Et si je devenais influenceuse? Influenceuse pour personnes âgées? Je pourrais faire la promotion d'anti-rides ou des protections pour slips Tena? 😁

Humeur du jour

 Bonjour à toutes et à tous. Silence impromptu. Une mauvaise nouvelle et j’ai vrillé. C'était Trop. Une peur irrationnelle et incontrôla...