mardi 30 novembre 2021

GIUSEPPINA IRENE GROCCIA

https://www.facebook.com/GiGroArt/photos/

https://www.instagram.com/gigro/?hl=fr

https://www.saatchiart.com/account/artworks/460408

http://gigro.weebly.com/

Une artiste visuelle italienne qui utilise tous les médias pour son exploration du monde féminin. Un coup de coeur










Humeur du jour

 Coucou! Je ne fais pas grève, je ne suis pas morte, juste très occupée. Des dossiers à finaliser, des documents à scanner puis à envoyer, des coups de fil importants, des achats urgents et le plus important: ma famille et moi!

Et je n'oublie pas les amis et amies! Cela fait beaucoup de monde dont je me préoccupe et que j'ai plaisir à contacter. Et cela prend du temps.

Ce matin, je pète le feu. Enfin, un petit feu mais la taille des flammes n'a pas d'importance. J'attends l'aube et les premières lueurs du jour pour descendre des sacs à déposer dans la poubelle, ouvrir le cadenas du portail (la nuit, je n'y vois rien) puis emmener cette poubelle avant de récupérer la grise portée hier matin. Je n'ai pas eu le courage d'y aller hier soir. Et oui, c'est ainsi. Une fois lovée dans la tiédeur de mon logement, il est difficile de m'en faire bouger.

Les rendez-vous médicaux s'enchaînent, triste privilège du temps qui passe. Et je prépare les premières visites des déménageurs. Les voyages à la déchetterie, les cartons à acheter. Après 4 changements de lieux en emportant tous les objets, j'ai décidé d'alléger mon quotidien. Je trie, je donne. Certains choix sont difficiles car les objets et vêtements ont une valeur sentimentale. Ils sont liés à mon histoire personnelle mais ils n'ont que l'importance que je leur accorde. 

Le bas de mon écran m'indique -1°. Ca y est! Le zéro a été franchi mais les quelques flocons de neige d'hier ne furent que passagers.


vendredi 26 novembre 2021

Humeur de ma nuit

 2 petits degrés dehors et la bénédiction d'être au chaud et protégée. La neige pointera bientôt son nez avec les ennuis liés et l'obligation de changer les pneus de ma voiture. Moi qui viens de changer les 4 il y a 2 mois, me voilà contrainte de dépenser de nouveau la même somme. Il y a de quoi pester.

Côté santé, la guérison tarde un peu et j'hésite à me rendre dans un laboratoire pour y effectuer des analyses. Je pense que j'y passerai lundi. Une prise de sang prévue, à effectuer avant la visite chez le cardiologue et j'en profiterai pour tout faire.

La vieillesse apporte son lot de bobos et une suite ininterrompue d'examens variés. Je déteste ça.

Hier fut gris et froid, démoralisant et triste. Je pris la route tôt après avoir aperçu la cohorte de véhicules de chantier, annonciateurs de bruits, débarquant dans la résidence et occupant chaque espace disponible.

J'ai fui! Un passage à Vénissieux afin de déposer un sac sur le lieu de travail de ma fille aînée, un arrêt dans le magasin Boulanger de Bron pour y acheter un pack de cartouches d'imprimante. Un puits sans fond à cause de la courte durée de ces packs et une ruine financière.

Direction le magasin Centrakor où mon âme d'enfant se régala devant les décorations de Noël. Quelques achats et je repris la route. Un second arrêt chez C&A où je succombai devant un ensemble bonnet et gants assorti à mon étole. Une pluie fine et froide à la limite des flocons neigeux accompagna mon retour.

L'après-midi me permit de répondre à maints coups de fil. Ma belle Miss sera en congé médical pour se remettre d'un burn out annoncé. Faire le travail de 3 personnes à cause du manque de personnel dans le milieu psychiatrique, cumuler des études pour un DU, apprendre de mauvaises nouvelles concernant son futur proche. Mais quand donc les autorités comprendront-elles que l'hôpital et l'école ne peuvent être régis par l'argent?

Bref, je suis contente qu'elle ait consenti à s'arrêter pour souffler. Elle n'a jamais pris de congés et l'hôpital ne se souciera nullement d'elle si elle craque. Elle doit se préserver.

Un appel en FaceTime avec ma soeur à Southampton. Elle et son mari sont KO debout, épuisés par la prise en charge de la vie quotidienne chez leur fils et la gestion de la vitalité de leur petit-fils. Courage!

Un long appel amical de Coline. Différentes mais si semblables dans notre manière d'appréhender la vie. Je viens de lire un message qu'elle m'a m'envoyé: son petit chien a rejoint les étoiles il y a quelques heures et elle doit être dévastée. Je l'appellerai tout à l'heure.

Qu'ai-je prévu aujourd'hui? Me rendre tôt chez ma Miss afin de lui donner des timbres puis rentrer et attendre le signal de ma voisine. Son poignet cassé l'empêche de conduire et c'est moi qui l'emmène faire ses courses. J'en profiterai pour acheter de quoi tenir le siège pendant l'épisode neigeux. J'évite au maximum la conduite sur neige. N'est pas Pescarolo ou Beltoise qui veut!


mercredi 24 novembre 2021

Humeur de la nuit

 Milieu de nuit. Une insomnie de derrière les fagots m'a extirpée de mon sommeil et je supporte le fait sans rechigner. J'ose avouer que j'ignore comment lutter.

Hier est une journée à oublier. Les douleurs et le froid ambiant constituèrent un duo explosif et très perturbant.

Ma nuit avait été si difficile et pénible que me présenter à 8h devant l'entrée de la pharmacie, me parut la solution. J'eus, hélas, affaire à une toute jeune femme bien incapable de m'aider. Je repartis avec un produit dont j'ignore encore le résultat. Aussitôt assise dans ma voiture, bien à l'abri du vent glacial, je tentai de joindre le secrétariat de la clinique. Plusieurs essais puis une voix amicale. Un rendez-vous en fin d'après-midi me fut aussitôt proposé. Ouf!

Les heures s'écoulèrent aisément malgré la douleur et l'appréhension des mictions, grâce aux nombreux appels amicaux. Merci à vous tous.

Ma doctoresse fut à l'écoute et je repartis rassurée, mes ordonnances en main. Passage à la pharmacie où je récupérai mon traitement et retour soulagé.

Je débutai illico le traitement, bien décidée à ne pas passer une seconde nuit blanche et douloureuse. Peu de changements mais j'ai bon espoir. Surtout ne plus souffrir et éviter une pyélonéphrite aigue comme la dernière fois. Prochains achats: canneberge, échinacée et busserole!

Aujourd'hui sera tranquille et immobile sauf pour conduire Léna à son cours d'équitation. Une demande imprévue mais la mère de son amie de classe est confinée ainsi que toute sa famille car cas contacts. C'est elle qui les emmène d'habitude et les dépose au centre équestre. Il fallut bien trouver une solution mais je suis ravie de retrouver ma demoiselle.





mardi 23 novembre 2021

Humeur du jour

 Je m'y perds, je m'y perds. Samedi? vaccin anti grippal et décision de rester au calme pendant le week-end. L'extérieur y fut hostile et il fallut supporter le bruit des autres. Dimanche fut amorphe et je pus chanter "allô maman, bobo!" car l'endroit de la piqûre était douloureux.

Tout s'estompa avec les heures. 

Hier fut agité. Passer au bureau de poste Santy généralement inaccessible: soit fermé soit une longue file d'attente sur le trottoir. Il y eut un miracle. Une place de stationnement à portée à tel point que je scrutai les alentours à la recherche d'une caméra cachée. Et non! Je trottai jusqu'au bureau de poste en m'attendant au pire, à poireauter dans le vent glacial mais second miracle: le local était quasi désert. J'eus un haut le coeur en entendant la préposée me demander plus de 15 euros pour un carnet de timbres mais comment y échapper? 

Je timbrai mes enveloppes, les déposai dans les boites dédiées et repris la route, ravie de me mettre à l'abri du vent. Long passage à la salle de sports Edifice de St Priest. J'ai adoré le lieu, l'accueil, la bienveillance et ce qu'ils me proposèrent mais ma santé en décida autrement.

Ma première séance de SwissBall fut géniale mais les mouvements à genoux ou les sollicitant furent une torture. Ils gonflèrent, passèrent par de jolies couleurs d'hématomes et j'éprouvai beaucoup de difficultés à marcher.

Cela me convainquit de consulter ma doctoresse puis de subir divers examens. Je suis au stade du chirurgien orthopédiste qui décidera si et quand je serai opérée.

La salle de sport me prélève 60 euros chaque mois pour ne jamais l'utiliser. J'étais donc décidée à demander si l'on ne pourrait pas trouver un terrain d'entente. Il semble que non. J'ai insisté, rédigé une longue lettre d'explications et j'attends leur réponse. Pour l'instant, je n'ai rien reçu.

La nuit dernière fut horrible: mictions très fréquentes et douleurs, sensation de pesanteur dans le bas-ventre. Bref, une suspicion de cystite. J'étais devant la porte de la pharmacie dès 8h mais je fus reçue par une jeune fille manifestement paumée qui ne sut, ne put me donner un médicament. Aussitôt sortie et réinstallée dans ma voiture, je composai plusieurs fois le numéro du secrétariat de la clinique MGEN. Au bout de 10 minutes, on me répondit et je verrai ma doctoresse vers 16h20. Je suis impatiente car les douleurs sont bien présentes. 

Je n'ai pas bougé de mon canapé ou de mon lit. Je m'économise. 

dimanche 21 novembre 2021

Humeur du jour

 Martine, le retour! Bonjour!

Ma vie trépidante des derniers jours effaça toute velléité de m'asseoir devant un écran pour me raconter.

Comment furent donc occupés ces derniers jours? Je me creuse le brushing (expression trouvée sur internet et qui me fait rire) pour ne rien oublier.

La météo d'abord, qui fut la même pendant mes pérégrinations: gris blanc, brumeux et quelques degrés au-dessus de zéro.

Vendredi matin: rendez-vous avec ma belle-fille et sa mère qui vient de déménager sur Courzieu et qui a besoin de meubles de cuisine. J'étais sur le pont à 10h, heure d'ouverture d'Ikea. Je choisis d'arpenter l'étage vers lequel l'escalier mécanique m'amena. Décoration, linge de maison et de lit, vaisselle. Une longue marche usante dans des allées surchauffées. Péniblement arrivée aux caisses, je m'interrogeai: mais où se trouvait l'espace dédié aux cuisines? L'avais-je manqué? Je refis le trajet dans ma tête sans trouver de réponse. J'optai pour le plus simple et direct: interroger un membre du personnel.

Etage de dessus! Une crispation me parcourut le corps accompagnée d'une vague de désespoir. Quoi? Refaire le même parcours mais à l'étage supérieur?

Tête basse et en nage, je parcourus l'espace menant aux ascenseurs et arrivai à l'endroit désiré. Un appel de ma belle-fille me guida vers elles deux et nous partîmes de concert. Josette et moi tirions la patte, elle pour ses douleurs aux pieds et moi pour mes genoux. Ma belle-fille est l'efficacité et l'intelligence pratique mêmes. Elle nous envoya vers l'espace des plans de travail et portes tandis qu'elle attendait un ticket de passage. En revenant, elle nous confia son désir de boire rapidement un café car nous avions une bonne heure d'attente avant de passer devant un conseiller dédié aux cuisines.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Installées tranquillement à une table, nous examinâmes le plan, les choix de Josette et nous réalisâmes que nous n'avions nul besoin d'un conseiller. Les emplacements des colis étaient inscrits et nous pouvions nous servir nous-mêmes. Un poids se détacha de nos épaules et c'est gaiement que nous nous dirigeâmes vers la cafétéria. Un repas bavard, détendu et délicieux.

 Nous nous séparâmes alors, après des bisous masqués qui nous donnèrent le sourire tant nous nous trouvâmes ridicules: elles descendirent les escaliers afin d'aller chercher les colis choisis et moi, je quittai le magasin.

Je les abandonnai pour retrouver mon quartier et dénicher une place de stationnement proche de ma pharmacie. Las! Des dizaines d'hommes sans occupation exceptée celle de discuter entre mecs, avaient envahi tous les espaces, empêchant même les autres passants de pénétrer dans les parkings. Très en colère, je fis deux fois le tour du quartier et de guerre lasse, je pris le chemin du retour. 

Samedi matin brumeux et froid. Direction l'hypermarché Carrefour voisin, envahi dès l'ouverture par une nuée piaillante. Je dénichai la cafetière Senseo que je reluque sur leurs publicités depuis quelques semaines ainsi qu'une balance. La mienne a rendu l'âme (mais non, mon poids n'a rien à y voir! Une obsolescence programmée doit en être la cause!). 😁

Un détour par la pharmacie devant laquelle une miraculeuse place de stationnement m'attendait. Une infirmière me fit le vaccin antigrippal et je repartis, heureuse, sans oublier d'acheter mon Huile essentielle de menthe poivrée. J'ai commandé de mini rollers en verre sur Amazon et vais préparer une synergie magique anti-rhume que je distribuerai à la famille et aux amis.

30 gouttes d'HE de menthe poivrée

20 gouttes de tea tree

20 gouttes de Ravintsara (ou Nialouli, plus curatif que Ravintsara préventif)

20 gouttes d'Eucalyptus Radiata 

A "roller" sur tempes et poignets plusieurs fois par jour.

J'avais décidé de buller pendant le week-end, le temps de laisser à mon corps le temps de digérer le vaccin mais les autorités en avaient décidé autrement. Un tournoi sur le stade avec haut-parleur, cris et chants emplit l'espace et me tint compagnie jusqu'à plus de 20h. Je n'en peux plus entre le chantier d'un côté et ce stade de l'autre.

 Manque de sommeil ces deux nuits à cause de la Pleine Lune du 19. Explication à vérifier: la faute probable de la diminution du niveau de mélatonine endogène, l'hormone du sommeil qui régule notre rythme chronobiologique.

https://www.cosmopolitan.fr/pourquoi-on-dort-mal-les-soirs-de-pleine-lune,2023123.asp



vendredi 19 novembre 2021

Humeur du jour

 Béni soit le manque de caméra! Je ne suis heureusement pas une de ces influenceuses vivant sous l'oeil permanent d'un objectif de téléphone et je peux sereinement venir devant mon clavier dans une tenue légère. Je sors de la douche, me suis lavée les cheveux puis maquillée. J'ai enfilé des sous vêtements et une grosse veste chaude donnée par ma soeur. Le haut est donc vêtu et montrable, le reste non! 

Je suis heureuse. Ma nuit fut interrompue vers 3 heures mais la journée sera agréable et je pourrai me reposer plus tard.

Hier fut brouillon. J'avais contacté des déménageurs sans prendre garde au fait que je m'étais inscrite sur une plate forme commune. Je reçus donc 18 appels téléphoniques ainsi que des textos et je dus batailler pour m'en débarrasser avec courtoisie.

J'eus tout de même le temps de tenter de préparer des mendiants. Chocolat noir fondu, déposé en petits ronds sur du papier sulfurisé et décoré d'amandes, de fruits confits et de fruits secs. L'idée était bonne mais le résultat moyen. Je n'ai pas choisi le bon chocolat. Il est trop noir et légèrement amer. Je crois que je devrais opter pour un chocolat plus doux voire au lait. Je retenterai l'essai un jour prochain. 

Départ tout à l'heure vers 7h45 et direction la clinique MGEN à Lyon. Radios dentaires panoramiques afin que l'implantologue puisse prendre une décision quant au choix des soins. Retour et attente de mes visiteuses: ma belle-fille et sa mère. Nous irons en choeur au grand magasin Ikea voisin, nous y mangerons et je rentrerai pour aller subir le vaccin anti grippal. J'espère ne pas avoir de suites désagréables.

J'ai eu des nouvelles de toute ma tribu et je m'en réjouis. Je suis du style Mère Poule et j'aime bien savoir où se trouve mon petit monde et comment va chacun d'eux. Un salut spécial à Nicolas qui subit hier une intervention désagréable au visage. Mais si, tu es toujours beau! 😃

jeudi 18 novembre 2021

Humeur du jour

 Un soupir d'aise en m'installant sur mon fauteuil devant cet ordinateur. Une journée de liberté, sans contrainte horaire, est appréciable et appréciée.

J'ai bien sûr une quantité d'idées pour emplir ce jour mais je suis libre de faire ou de ne pas faire. Là se situe la béatitude.

Je n'ai pas donné signe de vie hier car ma journée fut bien remplie. Lever vers 1 heure du matin et un sommeil qui ne revint pas. Je vous laisse imaginer mon état de fatigue hier soir..

Départ à 7h30. Emprunter les boulevards périphériques à cette heure signifiait circulation intense et pluie d'incivilités. J'ai tout eu! Un "bouchon" à Tassin la demi lune puis un autre plus loin à Charbonnières irritèrent mon mental. Aucune explication à ces arrêts.

Arrivée à Sourcieux les Mines sous une pluie fine et froide. Mon fils rentrait de son footing matinal dans les champs et le reste de la famille était attablée devant le petit déjeuner. Ils s'affairèrent tous et nous prîmes la route à 9h. De petites déviations à travers les coteaux et les maisons isolées pour arriver juste à l'heure devant la résidence.

Visite d'une heure, discussions, propositions, échanges d'idées et nous remontâmes en voiture. Direction Courzieu. Une visite au parc animalier il y a fort longtemps avec mes élèves n'avait pas suffi à me faire découvrir le joli village. Bon, il ne faut pas souffrir des genoux comme moi car les rues et ruelles suivent les pentes. J'aime ce type de villages anciens aux maisons imbriquées les unes dans les autres mais je n'aimerais pas y habiter. Trop de côtes et de descentes pour chaque sortie. La mère de ma belle-fille y a emménagé la semaine dernière et nous passions voir pour donner un éventuel coup de main. Elle s'était débrouillée toute seule et nous pûmes trouver quelques sièges au milieu du foutoir ambiant. Elle est épuisée, a perdu beaucoup de poids mais nous irons l'aider dans ses travaux.

Tout le monde remonta en voiture. Il était 11h45 et je proposai d'aller manger au restaurant. Aussitôt proposé, aussitôt adopté. Un appel pour retenir une table et nous arrivions. Une brasserie proche du super U de l'Arbresle. Une belle ambiance et la surprise de découvrir un établissement plein à craquer. J'avoue que je ne m'y attendais pas dans ce petit bourg. Ah les préjugés!

Repas bavard, délicieux et autre départ pour retourner chez mon fils. Un moment pour faire le bilan et je repris la route sous la pluie. Pas de bouchon en milieu d'après-midi et je pus parcourir les 25 kms sans gros pépin.

Une heure de tranquillité et départ. Direction le quartier de Montchat pour y récupérer Léna puis sa copine et en route vers St Priest par l'A 43. Et un autre bouchon que nous connaissons bien car la bifurcation vers Marseille est toujours difficile.

Je déposai les deux filles et repartis en sens inverse. Il n'était pas question d'emprunter l'autoroute pour entrer dans Lyon car la circulation y était quasiment à l'arrêt. Je branchai Waze et tentai de rejoindre Vénissieux par la ville. Las! Il faisait nuit, je ne reconnaissais pas l'itinéraire emprunté la dernière fois, Waze s'affolait en me ramenant d'emblée vers l'autoroute. Je dus lui clouer le bec en fermant l'application. J'allais me débrouiller seule. Embouteillages du soir. Je poussai un soupir de soulagement en pénétrant dans la résidence mais les véhicules du chantier bloquaient les accès. Je croisai ma voisine Françoise, tout aussi en colère que moi. Ce chantier est un cauchemar, tant par le bruit permanent que par l'incivilité de certains personnages. Hier, c'était le père du nouveau propriétaire, un homme désagréable, distant, ne saluant jamais les femmes du voisinage. Bref, un homme de plus à oublier dans cette résidence.

mardi 16 novembre 2021

Humeur du jour

 Bonjour. Une nuit presque calme (merci ma vessie! Tu t'es aussi assoupie et ne m'as pas trop dérangée ces dernières heures!).

Un appel à ma soeur, notre appel matinal traditionnel qui remplace celui que j'avais avec notre mère avant, un passage devant l'ordinateur juste le temps de m'énerver de sa lenteur puis direction la salle de bains.

Ce matin, une sortie est prévue: le plein d'essence, la banque, Auchan et retour. Cet après-midi sera consacré à un rendez-vous que j'annulerais volontiers: 15h, détartrage et 16h, rencontre avec l'implantologue fou.  Il peste tout le temps, parle haut et fort, règne sur un harem féminin de dentistes et de secrétaires. Dans le sud-ouest, on parlerait de "coq à quiquines"! 😃

Bref, je ne l'apprécie pas mais il est le seul que je connaisse. Vous savez combien il est compliqué maintenant de trouver un praticien, quelle que soit sa spécialité.

J'ai hâte d'être à ce soir. 

Des infos glanées rapidement ont fait grimper mon rythme cardiaque: le décès à 31 ans de la Covid d'une championne de France de boxe. Une grande sportive!

On meurt toujours de cette saloperie et quand j'entends tous les chefs de services hospitaliers, expliquer que 80% des hospitalisés actuels sont des non vaccinés, le rouge me monte au visage. Je fulmine.

Il faudrait regarder la réalité en face. Ce virus continuera à vivre parmi nous. Tout comme bien d'autres dont on accepte les vaccins: la grippe, la rougeole, la varicelle etc..

Cela ne dérange personne de vacciner les petits contre ces virus dangereux mais contre la Covid, certains renâclent?

Je me calme et vous souhaite une superbe journée. 


lundi 15 novembre 2021

Humeur du jour

 Un silence qui perdure. Quelle explication, chère Martine? Oh, c'est tout simple: la vie qui roule, qui m'entraîne sur des terrains connus et prévus et d'autres surprises qui surgissent avec bonheur.

Dimanche matin: départ vers 8h30 pour emmener Sofia faire ses courses. Un lourd chariot à pousser car elle fait des provisions "au cas où" et retour. Un temps gris, une fraîcheur désagréable. Je sors tous ses sacs et les lui porte chez elle puis je fais de même avec les miens. Genoux fracassés par ces escaliers plusieurs fois empruntés.

Repas vers midi, une envie folle de dormir et un appel de Sofia. Elle me prie de descendre chez elle, ce que je fais avec empressement. Je redoute un souci à cause de son poignet cassé.

Et non! Elle m'attendait, avait mis la table et avait préparé des tacos pour me faire plaisir. Son pays lui manque, sa famille entre Mexique et sud des Etats-Unis lui manque. Je suis restée une heure à savourer ces mets mal connus et sans lui avouer que j'avais déjà mangé. L'estomac prêt à exploser, je suis remontée chez moi pour m'avachir, me poser sur le canapé.

Allais-je survivre?



La fin d'après-midi s'étira sans grands événements, excepté la poursuite du tri et la panne du radiateur du salon. La fin de journée me vit emmitouflée pour ne pas souffrir du froid: 

Ce matin, le ciel d'un gris blanc uniforme plongea mon moral dans les tréfonds mais je luttai pour m'en extraire. Mon propriétaire passa pour réparer le radiateur en panne, et m'emmena .découvrir le système des canalisations d'eau sur le parking et sous la maison. Pas enthousiasmant mais il y tenait. De longues discussions avec ma soeur rentrée d'Albi et avec ma voisine ponctuèrent mes heures.

La fin de l'année en famille ou pas commence à être évoquée. Rien n'est encore fixé.

GIUSEPPINA IRENE GROCCIA

https://www.facebook.com/GiGroArt/photos/ https://www.instagram.com/gigro/?hl=fr https://www.saatchiart.com/account/artworks/460408 http://g...