QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

mardi 8 novembre 2016

Humeur du matin



...en équilibre!
J'ai retrouvé ce que j'écrivis en Juillet 2007 et de l'eau a passé sous les ponts.
Je me sens équilibriste, fildeferiste de ma vie...en équilibre instable et fragile en permanence...J'aimerais avancer bravement, sans hésitation, les yeux rivés sur l'abri provisoire au bout du fil mais un souffle me fait tanguer, un brouhaha m'affole. Mon coeur bat la chamade, mes bras se crispent, mes mains tremblent sur le balancier. Mon équilibre ne tient qu'à une respiration, j'ai le vertige, j'ai toujours peur ...mais j'avance !
"Parfois être en équilibre, sur le fil, à la limite...ça donne des ailes."


Les deuils, les douleurs physiques ou du coeur m'ont appris que je possédais infiniment plus de forces que je n'osais l'imaginer et que j'avais des ailes. Je sais que je resterai jusqu'à ma mort sur le fil du rasoir, prête à plonger dans le vide mais je sais maintenant en décoder les signes et m'en préserver. Là se situe la différence.
Hier fut un cadeau météorologique: froid et ensoleillé plus un ciel bleu à couper le souffle. J'ai conduit ma voiture chez le garagiste puis ai effectué le chemin inverse à pied. Ce soleil avait fait sortir les gens et tous paraissaient heureux de cette fin de grisaille. Les bancs de la place étaient pleins de personnes de tous âges, casquette ou bonnet sur la tête, écharpe autour du cou et savourant ce soleil retrouvé.
Je suis ensuite restée chez moi, reliée au monde par les ondes du téléphone, jusqu'au départ vers 15h30. Léna me retrouva avec un sourire XXL et réclama un arrêt au square. Je grimaçai intérieurement mais comment refuser? Elle avait besoin d'évacuer la tension de sa journée d'école. J'avais donc anticipé le fait et m'étais recouverte de plusieurs couches de vêtements. Un gros oignon sur un banc, incapable de bouger tant il était engoncé dans sa grosse veste et son écharpe.
Retour chez elle et là, elle s'écroula. Fatiguée! Il fallut lui laisser un peu de temps et l'inciter ensuite à faire ses devoirs. Elle fit ses lignes d'écriture en babillant, en s'inventant des histoires. Elle était soudain devenue "maîtresse d'école" et encourageait ou grondait ses élèves imaginaires. Ce fut très drôle à entendre, cachée derrière la porte de sa chambre. Je sais, cela ne se fait pas mais suis-je réellement la seule à agir ainsi? Qui n'a jamais guetté, écouté les petits tandis qu'ils jouaient à faire semblant?
Ce matin, je recevrai le mécano venu examiner la voiture de ma fille avant d'effectuer d'éventuels travaux. L'hiver approche et mieux vaut avoir des véhicules en excellent état. 

Ce soir, je retrouverai Léna, sans doute épuisée par le cross de l'USEP. Il fut annulé une première fois à cause de la pluie mais les élèves ont appris hier qu'il aurait lieu aujourd'hui. La petite demoiselle n'était pas ravie mais il lui faudra s'y plier. Sa maman l'emmènera en début de soirée à un contrôle chez l'ORL, contrôle prévu après son opération des oreilles. Je suppute déjà qu'elle sera hors service après toutes ces émotions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!